Dès l’enfance, Launois montre de sérieuse prédispositions au dessin, mais à 17 ans, il s’engage dans la Grande Guerre. Démobilisé et meurtri, il s’engagera totalement à son art. Prix Abd-el-Tif en 1920, il séjournera les deux années du Prix à Alger, fera notamment connaissance d’Étienne Dinet, le peintre reviendra sans cesse en Algérie. Il rencontre Albert Marquet et cette rencontre va être décisive pour la suite de sa carrière marquée par une plus grande liberté d’expression. C’est à Alger que Launois se réalise. Ami d’Étienne Bouchaud, Il peint le petit peuple et les « mauvais lieux » et les « quartiers réservés » de la Casbah. La critique est laudatrice. Gabriel Audisio écrit dans Algéria en 1937 : Un vernissage de Launois, c’est une descente barbaresque! l’Oasis, les Abd-el-Tif, l’Ofalac, tout le monde sur le pont! Au milieu de l’équipage, Launois, l’œil clair et le talent vif, a l’air d’un Rhaïs. C’est un artiste connu et reconnu. Il est mobilisé lors de la Seconde Guerre mondiale malgré une santé chancelante. C’est un homme méconnaissable qui est démobilisé. Il retourne à Alger et vit grâce aux subsides de ses amis. Il meurt, solitaire, dans une chambre d’hôtel à Alger.
Jean Alazard va consacrer une exposition rétrospective de son œuvre en 1947 au Musée des Beaux-Arts d’Alger en témoignage d’un artiste hors série qui est un des plus authentiques continuateurs de la veine exotique de la peinture française et algéroise des xixe et xxe siècles.
Jean Launois aura été l’un des fers de lance du groupe de peintres de Saint-Jean-de Monts, groupe qui comprendra deux générations de peintres de 1892 à 1950. Il y rencontra, entre autres, Henry Simon (1910-1987).

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Jean Launois de Wikipédia en français (auteurs)


LAUNOIS Jean
« Jeune fille aux fleurs »

tag Artistes XXe siècle, LAUNOIS Jean

LAUNOIS Jean - Jeune fille aux fleurs

LAUNOIS Jean – Jeune fille aux fleurs


Continuer la lecture »



>